"

<< Retourner aux articles

" Les routiers sont sympas, les relais aussi "

Le Monde - Le 21 juin 2019

Capture d'écran - Le Monde


Reconnaissable à leur macaron bleu et rouge, à leur gastronomie familiale faite de cuisine au beurre, d’assiettes débordant de charcuterie et de crudités, le tout pour moins de 14 euros, ces restaurants de bord de route attirent une clientèle nouvelle.

On a quitté Le Puy-en-Velay depuis une vingtaine de minutes, traversant par la D15 des villages auvergnats plus ou moins inanimés. Dans la commune de Champclause, en Haute-Loire, amarrée à la départementale, apparaît une longue bâtisse aux murs de pierre : l’Auberge du Meygal, qui affiche fièrement le macaron bleu et rouge des relais routiers.

Le parking rempli contraste avec les rues désertes alentour. A l’intérieur, une cinquantaine de clients s’égaient dans deux salles au charme désuet. Tommettes, poutres apparentes, bouquets de fleurs artificielles ornant un vieux vaisselier, cheminée décorée de statuettes d’écureuils et d’une affichette « Sœur Emmanuelle s’occupait des pauvres, frère Emmanuel s’occupe des riches ».

La patronne, Murielle Chapuis, faussement bourrue, se révèle affable en vantant son saucisson « garanti sans conservateurs » et en donnant la recette de sa jambonnette, une farce enveloppée et cousue dans de la couenne. Le premier menu comprenant entrée, plat (« un carré de porc de chez nous, nourri aux céréales »), fromage et dessert est proposé au tarif ultracompétitif de 14 euros. Assise à la table voisine, une mamie confie qu’elle vient ici « depuis au moins vingt ans ». En partant, elle lance à la cantonade « Au revoir messieurs dames ! », comme la plupart des autres clients d’ailleurs.

Entrer dans un relais routier, c’est un peu plus qu’aller au restaurant. C’est souvent s’offrir un voyage dans le temps, dans la France des nappes à carreaux et des Tontons flingueurs. C’est aussi être cueilli par la cordialité du personnel et les poignées de main spontanées des patrons. C’est enfin redécouvrir une gastronomie familiale : cuisine au beurre, assiettes débordant de charcuterie et de crudités.

Métamorphose

L’histoire de la chaîne commence en 1934. François de Saulieu, fils rebelle de la vieille noblesse du Nivernais, réalise un reportage sur les conducteurs de camions. Il est frappé par leur solitude, la dureté de leur métier (déjà) et crée, pour les fédérer, un journal (Les Routiers), puis le célèbre label de restaurants regroupant à l’origine près de 2 000 établissements.

« Aujourd’hui, on en compte environ 500, révèle Laurent de Saulieu, petit-fils du fondateur, actuellement aux commandes. L’arrivée des autoroutes a fait beaucoup de mal aux restos sur les nationales, et maintenant les municipalités multiplient les arrêtés pour empêcher les camions de traverser les villes. Les chauffeurs sont considérés comme des esclaves juste bons à rouler, on ne veut même plus les laisser pisser ! »

Le Guide des Relais routiers, ainsi qu’une application gratuite, permettent de se repérer. Des « casseroles », équivalent tambouille des étoiles Michelin, distinguent les meilleures adresses. Chaque restau... Lire la suite de l'article sur le site de Le Monde en cliquant sur ce lien

Voir aussi parmis les articles...

RTL Petit Matin, RTL Matin, RTL Midi et Les Auditeurs ont la parole étaient en direct depuis l'emblématique relais routier "La Marmite" à Limay dans les Yvelines

RTL - 24 mai 2024

Depuis 90 ans, les Relais Routiers s'égrènent sur les routes de France, reconnaissables à leur célèbre panonceau bleu et rouge. Une institution vivante au service des usagers de la route : haltes quotidiennes pour les professionnels (conducteurs routiers, autocaristes, trava

"Yvelines : RTL installe son studio dans un relais routier de Limay… et tout le monde est le bienvenu"

Le Parisien - 23 mai 2024

Dans le cadre de ses matinales « délocalisées », la radio pose ses valises au restaurant « La Marmite », au bord de la D983. Où le service continue pendant l’antenne, de 4h30 à 14h30. L’établissement et ses routiers avaient déjà accu

"Près de Beaumont, ce couple tient un restaurant-routier depuis douze ans"

L'Eveil Normand - 26 mars 2024

Christophe et Nathalie Goulet tiennent depuis 12 ans l'Auberge du Relais, restaurant routier situé sur a route nationale 13. Au menu, des plats faits maison.
Une petite dizaine de personnes prennent leur café au restaurant routier l’Auberge du Relais, situé sur la rou

Tous les articles

se retrouver
et se sentir comme à la maison

Sur les routes de France, chaque relais est comme une maison pour se retrouver et partager !

Trouver